Vie

exaspération de la candidature

Si je vois un autre formulaire à remplir, je vais crier. Si je vois une autre forme d'histoire personnelle, je vais crier. Si je vois une autre application, je vais pleurer, puis probablement crier. C'est vrai, je suis au milieu de la folie des applications et je me dis, N'en avais-je pas fini quand j'ai postulé à l'université ? Apparemment non.

Je serai junior l'année prochaine et je postule pour étudier à l'étranger. Malheureusement, chaque programme à l'étranger s'accompagne d'un processus de candidature très lourd. Ce n'est pas que je ne puisse pas apprécier la sélectivité ; Je ne comprends tout simplement pas comment je suis censé me « définir » « en 300 mots ou moins ». Franchement, je ne pense pas que je me serai défini à 80 ans, encore moins en un ou deux paragraphes.



Des idées sur la façon de survivre aux applications? Je te dirai le mien si tu me dis le tien !



1. Ne vous inquiétez pas trop de ce que tout le monde fait dans leurs applications. Être unique vous rend mémorable, et dans un flot d'applications, être mémorable est la clé.

deux. Ne vous fixez pas complètement sur une école/un programme. Je veux partir à l'étranger avec un programme très compétitif au Maroc. Je dois continuer à me rappeler toutes mes autres options fantastiques. Cela me rappelle de donner à chaque application le temps qu'elle mérite et de garder mes options ouvertes.

3. Essayez de vous amuser ! La ligne de départ de mon essai à l'université était : 'Je vais être actrice, militante, poète, scénariste, romancière avec sept maisons, deux enfants, trois enfants adoptés, cinq maris... Alors je vous ignorerai, vous et votre clôtures blanches. Mes imaginations sont plus grandes que l'Amérique et ses rêves.



Bonne écriture, CG!s!

Carine K.

Stagiaire éditorial

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail.