Mary partage une histoire inspirante d'UF !

Nez, Lèvre, Joue, Brun, Coiffure, Peau, Menton, Front, Sourcil, Blanc,Wow, je viens de voir un conférencier extraordinaire après la veillée aux chandelles pour l'événement mondial de sensibilisation au VIH/SIDA. Son nom est James, et il est un étudiant en biomédecine/business ici à UF qui est né en Ouganda. C'était l'un de ces événements qui ont changé la vie où vous repartez avec un morceau de sa maturité, inspiré pour déstresser et mettre votre propre vie en perspective.

Bref, voici son histoire :

À l'âge de quatre ans, il a vu ses deux jeunes sœurs mourir le même jour à cause de la rougeole, une maladie facilement immunisée aux États-Unis.



Son père était le soutien de famille, mais il est mort du VIH/sida à l'âge de sept ans.



Son père avait cinq frères, dont quatre sont maintenant morts du VIH/sida.

Son frère aîné l'a soutenu, sa grand-mère et tous les fils de ses oncles décédés (et tout cela s'est passé dans sa tribu/village en Ouganda, il n'est venu aux États-Unis que pour l'université), et le frère aîné est finalement décédé du VIH/SIDA. ainsi que.

James était entré dans le meilleur lycée d'une ville loin de son village, mais ne pouvait pas se permettre le coût. Sa grand-mère a déclaré que la seule façon pour lui d'aller à l'école était de demander de l'aide au président.



Pour faire court, après 3 mois, il a finalement rencontré la première dame d'Ouganda, qui a écouté son histoire et financé ses études secondaires.

Il a rencontré des missionnaires chrétiens au bureau de la première dame, et ce fut le début de sa nouvelle famille. Ils finiraient par lui ouvrir la voie à l'université aux États-Unis.

-

James est le seul qui reste dans sa famille. Il nous a expliqué qu'un diagnostic de VIH équivaut à une condamnation à mort dans son village, mais aussi dans de nombreuses régions d'Afrique. Alors que des gens aux États-Unis comme Magic Johnson vivent avec le VIH/SIDA, des millions d'Africains souffrent du désespoir d'une maladie potentiellement traitable, mais pas encore curable.

Une chose qu'il a dite m'a vraiment touché, « le but de l'éducation n'est pas la connaissance, mais l'action. Il est si facile d'oublier que nous apprenons non seulement à satisfaire notre curiosité, mais aussi à faire la différence avec la sagesse que nous acquérons. Je veux ajouter que l'action guidée par la perspicacité et le jugement appris est le but de l'éducation, et c'est certainement quelque chose dont je devais me souvenir au milieu de mes études pour les finales.

Qu'en pensez-vous? Qu'est-ce qui vous fait sortir du lit tous les matins ?

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail.