Vie

Pourquoi les écoles pour filles ne sont pas boiteuses

Même si j'aime mon université mixte, la vie dans mon lycée pour filles me manque. Il y avait un énorme sens de la communauté, et aussi banal que cela puisse paraître, nous étions une famille. Nous nous connaissions tous. Des fêtes d'étudiants de première année au vote sur nos uniformes seniors, nous faisions partie d'une fraternité que je n'ai pas trouvée dans mon collège mixte – du moins, pas encore.

En parlant d'uniformes, appelez-moi fou, mais j'aimais vraiment porter le mien - un polo blanc associé à une jupe plissée grise. Cela semble stéréotypé, je sais - une ancienne écolière qui se languit des matins où elle n'avait pas à penser à s'habiller. Mais cela va au-delà de cette commodité - avoir un code vestimentaire nous permet de connaître les gens pour qui ils étaient, pas ce qu'ils portaient. Les uniformes créent miraculeusement un sentiment de fierté et d'unité que les rassemblements universitaires ne peuvent que rêver de favoriser.



La vie sans mec me manque aussi. C'était plus facile quand je ne craignais pas de croiser mon ex sur le campus (ce qui est douloureux !). Mais maintenant, je n'ai plus besoin de faire tout mon possible pour rencontrer des gars - ils sont partout. Et porter mes propres vêtements n'est pas mal non plus. Donc je suppose que tout s'équilibre !



Le vôtre en uniforme,

—Margeaux, 21 ans, Collège Mariste

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail.